Search

Marine / Nautisme:

                                      Bateau équipé du moteur NSU RO80 Marinisé   

 

Bateau équipé d'un moteur emprunté à la NSU RO80: Ce moteur développé spécifiquement pour équiper des bateaux disputant des courses nautiques dans les années 1970 tel que les 24 heures motonautiques de Rouen ou les 6 heures de Paris, avec un moteur très compact et performant. La boite de vitesse de la berline est remplacée par une "boite de transfert" à renvoi d'angle pour l'hélice. La carburation est spécifique ainsi que l'échappement avec une boite à eau, certaines pièces moteur sont spécifiques, radiateur, démarreur... Il développe 135 cv.

  Le moteur NSU RO 135.

       

  

               Un bon moyen de communication pour NSU.                  

 

Moteur Sachs:

Quelques moteurs Wankel alimentés en mélange 2 temps construits par Sachs furent « marinisés » en les accouplant à un réducteur d'hélice, et équipés d'une dynastart supprimant le lanceur et d'une pompe à eau de refroidissement de l'échappement. On trouve ces moteurs sur les voiliers construits par les CNSO en Lot-et-Garonne, notamment sur le SAMOURAI.

 

Ski craft:                     

       

                            

   

Le ski craft à moteur NSU

C'est sur le bassin de Triel, sur la Seine, que cet engin de sport nautique a été présenté en 1962. Les évolutions du skieur n'ont presque plus rien de commun avec les évolutions traditionnelles derrière un hors bord ou un runabout.

De grands champions de ski nautique sont venus l'essayer : Martine Jamin, championne du monde junior 1961, Francine Tordo, championne de France cadettes 1960, Philippe Logut, champion du monde 1959/1960, Maxime Vazeille, champion d'europe 1962...

Engin révolutionnaire : il permet de pratiquer le ski sans pilote.

 

Equipé d'un moteur rotatif NSU Wankel de 150 cm3, il développe une puissance de 25 cv, imprimant une vitesse de 45 km/h.

Son poids total de l'engin est de 70 kg.

C'est le skieur qui le démarre et accélère ; il le pilote à l'aide de tirants rigides. En cas de chute, un coupe-circuit stoppe l'engin.

 

 

Le moteur NSU a également équipé un runabout populaire des années 60 : le Rotocraft

 

Ce runabout était construit par Ski-Craft situé à Paris au 15/17 de l'avenue de Ségur.

Il a vu le jour grâce à l'association d'une coque en plastique FNAC Marine et du moteur rotatif NSU / WANKEL déjà utilisé pour l'automobile et adapté pour le ski nautique avec le skicraft.

D'une longueur de 4 m, d'un poids total de 130 kilos, il pouvait accueillir 4 personnes à son bord et permettait de faire du ski nautique pour une consommation variant de 4 à 6 l /heure.

Pour la petite histoire, son prix était celui de la Dauphine : 7 400 Francs.

Il était distribué par IBMP via son département Ski-Craft France ainsi que par tous ses concessionnaires. On pouvait notamment le trouver chez FNAC Marine, boulevard de Sébastopol à Paris, mais aussi à Saint Tropez, chez La Pérouse Service, plage de Tahiti...

Dans le cockpit , deux banquettes pouvaient servir de bains de soleil.

Très performant, il pouvait atteindre la vitesse de 40 km/h avec deux personnes à son bord

 

 

D'une puissance de 25 cv à 6000 tours, d'un poids de 30 kg, ce moteur est très peu encombrant et est considéré comme l'un des plus silencieux. Il consomme beaucoup moins que les moteurs hors bord de même puissance. Il est muni d'un point mort et d'un inverseur de marche magnétique situé dans l'embase. Le refroidissement se fait par pompe au lieu de se faire par dépression en marche normale. Photo de droite, la culasse retirée laisse voir la came triangulaire excentrée qui joue le rôle des pistons d'un moteur classique.

 

 

 

1963, publication des premières images de ce moteur rotatif en version hors bord 150 cm3.

 

 

 

          

  AUTRES:

  

Photo juste ci dessus MAC 10 équipé d'un moteur wankel Sachs KM 48.

 

Véhicule amphibie CROCO à moteur Wankel  (complément d'infos véhicules terrestres)  

Le véhicule tout terrain CROCO se sent parfaitement à son aise dans les marais et les marécages, dans l'eau et sur tous les autres terrains ordinairement réputés impraticables. Sans pour autant être un bateau, le CROCO est parfaitement étanche et absolument amphibie.

        
 

 
                                                                                                                                                   


Motorisation Mazda marinisée:

 

 

                                

 

Un 4 rotors réalisé par OMC  1970/1975  (pour bateaux de courses) ... en collaboration avec Evinrude et Johnson? (à vérifier)...

Les moteurs Sachs à l'épreuves pour les motoneiges donnent l'idée de faire une fabrication de moteur "rotatif" pour bateau de course par OMC. .. OMC commence donc par un monorotor de 50cv trop juste pour endurer des courses, puis enchaine rapidement sur un birotor de 115/120 cv environ. La circulation d'eau est modifiée pour mieux refroidir la partie moteur avec entrée d'eau proche de la bougie et sortie vers l'échappement qui fut essayé en matière à base d'aluminium (gain de poids) mais aussi par crainte qu'il ne résiste pas aux fortes chaleurs. Admission d'air et allumage améliorés, le moteur subi ses premiers tests. Lors de ces tests, les occupants furent surpris du silence (il fut remarqué à ce sujet par un coût financier moindre lors d'inscription à certaines courses) remarqué aussi par l'absence de vibration du bateau avec un moteur réagissant relativement bien surtout en accélération et en lignes droites, mais moins stable en virages. Ce birotor étant jugé encore "un peu juste" par rapport à la concurrence, l'idée d'accoupler deux moteurs "rotatifs" se réalisa afin d'atteindre plus de 200 cv. Suite à des problèmes de résistance de paliers, la liaison entre les deux moteurs mis bout à bout sera modifiée pour s'effectuer avec un système industriel (pignons à crans)... ce qui eu pour but de fiabiliser les paliers. De nombreuses courses sont effectuées avec des accidents, avaries moteurs, mais les résultats étaient apparement prométeurs. Quelques problèmes subsistent... Et puis arrive la flambée du prix du carburant, des critères de nuissances sonores et de pollution se mettent en place au niveau des moteurs deux temps utilisés en courses nautiques.  Il y aurait eu une nouvelle conception moteur avec un "vrai" wankel composé d'un bloc à quatre rotors qui donnait beaucoup d'espoir ... Comme OMC courrait aussi avec d'autres moteurs classiques, le choix de tout investir en rotatif pour OMC aurait été trop couteux pour remplacer toute la gamme de ses moteurs. A l'époque le système wankel ne s'en sortait pas si mal... Cette technologie s'arrêta donc progressivement.

 

Evènemments passés:

                                                   

    

 

Application pour aéroglisseur:

     

         

 

   

  

 

 

 

 

 

 

Sources: Cercle du motonautisme classique, Wikipédia, www.amphibie.be, www.atkinsrotarymarine.com, infos internet, der-wankelmotor.de

                 eric@bargerldt.com, les amis!
 

Back To Top