Search

Les modèles Mazda.

La firme Toyo fondée par Jujiro Matsuda (dont le nom Mazda a été dérivé)

 

La société fabrique des bouchons de liège qui évoluera vers les cycles et les utilitaires avant de s'intéresser à l'automobile. La Toyo Kogyo Company a conclu un accord de coopération technique avec le constructeur NSU dés 1961 pour cette "révolution technologique" d'un moteur à pistons rotatifs.La jeune marque Mazda qui vient tout juste d'être lancée, entame son propre dévellopement. Avec ce principe de moteur à piston rotatif, Mazda a du se battre contre tout le monde, ce type de moteur ayant suscité un bel engouement lors de sa présentation en 1960. La plupart des grands constructeurs ont acheté la licence, mais tous l'ont abandonné par la suite sauf Mazda. C'est d'autant plus méritoire qu'il s'agit d'un petit constructeur qui a beaucoup souffert du premier choc pétrolier; Il a fallu une belle dose d'enthousiasme et d'inconscience pour se lancer à l'assaut de ce monument avec une technique délaissée par TOUS les autres constructeurs à plus au moins long terme! 

 

La Mazda Cosmo:

       

Les premiers moteurs Mazda furent exposés au salon de Tokyo en avril 1963, et ce n'est qu'en mai 1967 qu'est apparue à la commercialisation le coupé Birotor Cosmo 110S (110ch) aux lignes audacieuses. En 1967, après un certain nombre de tests rigoureux et des améliorations, Mazda a annoncé la Mazda Cosmo Sport, première voiture japonaise du Japon alimenté par un moteur à piston rotatif. Son style futuriste avait un fort impact visuel et son moteur rotatif à une cylindrée de 491cc × 2 dépassait même des moteurs de classe 2 litres. Il a été loué pour ses caractéristiques de haute performance. En 1968, ce modèle L10B a subi quelques changements mineurs qui ont poussé ses vitesses maximales jusqu'à 200 km / h.

Dés ses débuts, la Cosmo participe à de nombreuses courses... Marathon de la route (piste du Nürburgring) ...

 

Mazda R100: Le coupé Cosmo ayant légué sa mécanique au coupé R100 (1968 à 1973) d'aspect extérieur beaucoup plus européen, c'est donc par ce modèle qu'à commencé l'expérience rotative chez Mazda en Europe et aux Etats Unis. Deux Mazda R100 participent aux 24 heures de Spa-Francorchamps en 1969. Rustique de conception générale et assez lourde la voiture manque de vivacité et d'agilité au volant. Le moteur prend bien ses tours mais avec une certaine paresse, mais reste souple à bas régime. Différentes évolutions de moteurs apparaissent: 10A (110ch) puis 12A (120ch) monté dans la RX2 en 1971, et la Luce en version coupé à moteur wankel en 1972. Apparait aussi la Savana RX3 (avec moteur 13B en 1973 pour 135ch) puis la RX4. En 1975, apparait une version Cosmo 110S birotor RX5, c'est cette mécanique avec l'adoption de la post-combustion qui équipera les RX7 qui vont suivre dans la gamme Mazda.

 

RX100              

 

Les modèles RX2, RX3, RX4 possèdent une carrosserie relativement identiques

         

 

La RX5 change de carrosserie, elle est plus moderne et possède une mécanique plus évoluée.

 

              

 

RX7     bien des versions de RX7 existent...

 

 

En 1981, la Mazda 929 (Luce/Cosmo) fut complètement renouvelée avec le 1er moteur wankel turbocompressé, le plus grand coupé à moteur rotatif Mazda. Plusieurs modèles 929 furent équipés de moteurs classiques et moteurs birotors (nommés Luce uniquement au japon) munis de moteur de 125 à 180 cv.

              

  

Cette série Cosmo a été rejointe de courte durée par la Mazda Roadpacer, une grande berline lourde propulsée uniquement par un moteur à pistons rotatifs. Le Roadpacer AP (pour antipollution) a la seule distinction d'être le seul produit Général Motors équipé pour la production d'un moteur rotatif. La plupart ont été vendus à des ministères puis ont été détruits, ce qui en fait un modèle rare! Son succés a été limité avec la crise pétrolière avec 800 exemplaires vendus.

                

 

A savoir: Le moteur rotatif présentait des avantages financiers pour les consommateurs japonnais en ce que la cylindrée du moteur restait inférieure à 1.5 litre; Une décision importante lors du paiement de la taxe de circulation annuelle japonaise qui maintenait la circulation abordable pour la plupart des acheteurs, tout en ayant plus de puissance que les moteurs en ligne traditionnels.

Entre 1967 et juin 1990, Mazda a produit 1.697.959 voitures équipées de moteurs dits "rotatif", dans toutes les versions (sportives, familiales, microbus, et même pick-up utilitaires)

                  

 

  

  

  

 

 Avec Mazda, la preuve est faite que la technique si particulière du "rotatif" ne pouvait se suffir d'une ou deux expériences pour relever son potentiel.

 

Mazda RX7:         

 

 

La Mazda RX7 est un coupé d'allure sportive sorti au printemps 1978 jusqu'à 1986 d'une puissance de 115 ch. La RX7 cultive sa diffèrence avec des jantes en alliage rappelant la forme du rotor. dés les premiers tours de roue, la RX7 séduit par sa musicalité... Une fois à température, chose vitale pour le moteur "Wankel",  malgrès un léger manque de couple à bas régime, on se prend au jeu de flirter dans les tours avec ce bloc moteur enthousiasmant, un signal sonore retentissant lorsque l'aiguille du compte tours approche de la zone rouge située à 6500 t/mn. Légère, précise, agile, cette propulsion est un régal sur les routes sinueuse. Plusieurs générations de RX7 seront réalisées avec différentes motorisations (moteur 10A - 12A - 13B - 13BT pour turbo - 13BREW pour bi-turbo séquentiels) Selon certaines sources, il n'aurait été commercialisé au Japon que des  versions turbo. Sont apparues également des Mazda RX7 Savana, et Infini devenues populaires avec des motorisations plus puissantes, suspensions améliorées, et structure allégée, moteur turbocompressé à injection. La Savana participe à de nombreux rallyes et compétitions et démontre l'étendue de ses qualités dans des courses d'endurance.

Nouvelle génération de RX7 en 1991 suralimenté par deux turbocompresseurs avec 239 ch en version standart et de 255 cv en version R-II.

RX7 Turbo:

   

 

RX7 Biturbo:

   

 

 

Seul, Mazda continua suffisamment le développement de ces moteurs pour amener ses voitures, particulièrement le modèle RX7 , en tête de plusieurs championnats américains de voitures dérivées de la série.   La Mazda RX7 groupe B se fit remarquer.

           

                  

La gamme Mazda RX7:

 

                                                              

MAZDA Eunos Cosmo: 

Luxueux coupé sportif haut de gamme commercialisé uniquement au Japon de 1990 à 1996 avec trois niveaux de finition et équipé d'un birotor de 230 cv ou d'un trirotor de 300 cv.

                                  

                                  

  

         

Mazda RX8: La Mazda RX-8 est une voiture de sport du constructeur japonais Mazda alliant polyvalence d'utilisation. Elle se distingue de la majorité des automobiles actuelles par son moteur à pistons rotatifs Renesis en position centrale avant pour la répartition des masses. Elle marque le retour dans le monde de l'automobile de série après la disparition de la Mazda RX-7. Elle est la dernière voiture de série au monde à avoir un moteur Wankel comme groupe motopropulseur.  Des détails de finition et d'équipements reprennent le thème du rotor par un motif triangulaire.

Apparue en 2003 sur le marché français, la RX-8 est proposée en deux puissances : 192 ou 231 cv.Les deux versions disposent d’un équipement pléthorique, incluant le GPS et la sellerie cuir sur la finition haute performance. Au niveau mécanique, la version 231 va chercher sa puissance maximum plus haut dans les tours (rupteur décalé à 9 500 tr/min) et dispose d’une boîte de vitesses à six rapports.

Cette voiture est un bon compromis qualité / prix, performances, équipements, utilisation polyvalente.

                                   

 

Fin 2008, une refonte de la gamme est opérée, incluant des modifications esthétiques (restylage de la carrosserie avec l’adoption de nouveaux boucliers et de nouvelles jantes) et des modifications techniques (rapports de boîte raccourcis, rigidité structurelle augmentée, moteur revu consommant moins avec plus de couple, pollution à la baisse.

                                 

Sa vente en France s'arrêtera vite à cause de son moteur qui affiche malheureusement trop 290 grammesde CO2 par km, entraînant un malus trop important pour un véhicule de ce prix.

Mazda a toutefois tenté de la réintroduire sur le marché français en 2010, mais l'expérience n'a duré que quelques mois. Les ventes de la RX-8, a pris fin en 2010 en Europe, après avoir échoué à répondre aux normes d'émissions de plus en plus exigeantes.

La production de la RX-8 a pris fin en juin 2012 au Japon pour un total de 192 094 RX-8 depuis 2003. La production du dernier moteur rotatif s'est arrêtée le 21 juin 2012, suivie de l'arrêt de la RX-8 le 22 juin 2012 à l'usine Mazda d'Hiroshima.

 

Mazda RX8 hydrogène:

            

                

             

                         

Le classique moteur à soupapes est peu adapté à la combustion de l'hydrogène. La faible densité du gaz nécessite des conduits d'admission et des soupapes de grand diamètre tandis que la course sinusoïdale du piston crée un pic de pression trop long au point mort haut pour permettre un fonctionnement en détonation.

La distribution étant réalisée par des lumières et non des soupapes, le moteur Wankel est plus adapté pour fonctionner à l'hydrogène : le volume d'air aspiré peut être plus important et les turbulences induites par l'admission permettent d'homogénéiser le mélange air/hydrogène. Par ailleurs, la chambre d'admission étant séparée de celle de combustion, l'implantation de deux injecteurs d'hydrogène par rotor est facilitée. Cet aspect induit également une température de la chambre de combustion plus basse ce qui limite la propension naturelle de l'hydrogène à l'auto-inflammation.

Ainsi, depuis 1991, le constructeur japonais Mazda conçoit de multiples prototypes mûs par des moteurs Wankel à hydrogène. Pour fêter les 50 ans du moteur Wankel, Mazda livre en 2007 au gouvernement japonais six Mazda RX-8 Hydrogène RE fonctionnant à l’hydrogène. Cette technologie est particulièrement avantageuse pour le respect de l'environnement étant donné que les produits de la combustion de l'hydrogène sont essentiellement de l'eau. 

Mazda a reçu une permission du ministre japonais des infrastructures et transports terrestre afin de rendre disponible en leasing la RX8 Hydrogen RE, présentée dans sa version définitive au salon Tokyo Auto Salon, à deux clients. L'Hydrogen RE est équipée d'un moteur rotatif pouvant être alimenté soit par de l'essence, soit par de l'hydrogène par le simple biais d'un bouton au tableau de bord. Le constructeur d'Hiroshima espère pouvoir conclure plusieurs contrats de leasing.

         Résultat de recherche d'images pour 'rx 8 hydrogen'       

 

                                                             

                  

Engine Type RENESIS hydrogen rotary engine
(dual-fuel system)
Fuel Hydrogen and gasoline
Maximum output In hydrogen mode: 80 kW (109 PS)
In gasoline mode: 154 kW (210 PS)
Maximum torque In hydrogen mode: 140 Nm (14.3 kgm)
In gasoline mode: 222 Nm (22.6 kgm)
Transmission Four-speed AT
Maximum range (10/15 mode) In hydrogen mode: 100 km

 

Dévoilée pour la première fois au Tokyo Motor Show de 2003, pas moins de 29 mois auront été nécessaires afin de terminer le développement de l'Hydrogen RE afin de la faire passer d'un concept car avant-gardiste à une voiture adaptée à la vie quotidienne. En mode hydrogène, la RX8 n'émettra ni dioxyde de carbone, ni dioxyde d'azote, tout en fournissant 107ch au conducteur tandis qu'en mode essence, le moteur délivre 210ch. Mazda pense que les caractéristiques spécifiques de l'hydrogène, comparées à l'essence, pourraient relancer cette technologie par rapport à un moteur à pistons alternatifs et, en outre, le RENEZIS wankel est relativement facile à convertir à l'hydrogène. La facture à régler pour rouler en RX8 hydrogène serait toutefois très salée...

Ci dessous différentes visualisations de l'écran de contrôle des fonctions en service. 

   

     

La RX-8 hydrogène RE dispose également d'un système de bi-carburation: le conducteur peut alterner entre l'essence, si besoin, et l'hydrogène, lorsque ce carburant est indisponible. Ce véhicule est ainsi idéal pour un usage dans les zones encore en manque d'infrastructure de distribution d'hydrogène. L'originalité Mazda est l'utilisation d'un moteur rotatif en tant que générateur dans une architecture hybride série. Qu'il soit alimenté à l'essence ou à l'hydrogène (il accepte les deux d'ailleurs),le moteur rotatif à l'inconvénient d'offrir un mauvais rendement et un couple faible à bas régime. Plus haut dans les tours, il se montre en revanche meilleur qu'un moteur à pistons classique. Le moteur RX8 hydrogène fonctionne donc dans une plage constante ce qui lui permet de fournir 40% de puissance en plus à consommation égale. Il entraine un générateur qui alimente un moteur électrique(110 kW). Le stockage du "surplus" ou de l'énergie récupérée en décélération se fait dans des batteries lithium ion. Mazda ne donne aucune indication quand au rendement global de cette chaîne mais nous savons que le Premacy Hydrogen RE Hybrid parcours 200 km avec 5 kg d'hydrogène, soit presque que deux fois mieux qu'une marque différente fonctionnant aussi à l'hydrogène, mais encore trois fois moins qu'une autre marque sous le principe de la pîle à combustible (570 km avec 5 kg d'hydrogène).

Mazda prévoit d'utiliser la richesse des données et de l'expérience acquises lors de ce projet pour poursuivre son développement des véhicules à hydrogène.

Le moteur Wankel s'oriente aussi à retrouver une nouvelle vie comme prolongateur d'autonomie dans la motorisation hybride électrique/essence. Profitant de sa simplicité, de sa légèreté et d'une consommation et d'une usure raisonnables à vitesse constante, quelques constructeurs l'utilisent comme motorisation d'appoint pour recharger les batteries et prolonger l'autonomie des véhicules hybrides.

N'espérez pas trop voir le moteur "rotatif" à entrainer directement les roues... mais plutôt comme générateur de courant pour les batteries.

 

 

 

Mazda RX-vision ou future RX9? ... On y a cru !

    

 Le concept-car Mazda RX-Vision fût l’attraction principale du salon de Tokyo 2015. Un coupé ultra-sportif qui annonce le retour aux affaires du légendaire moteur rotatif. Sa concrétisation en série serait prévue dans les prochaines années?

Pourtant, contre toute attente, Mazda vient de ressusciter ce type de motorisation à travers le RX-Vision, showcar vedette du salon japonais. Ce bloc de toute nouvelle génération est baptisé Skyactiv-R. Pour l'instant, la firme d’Hiroshima se montre peu locace à son propos. Aucune donnée technique n’a filtré, très étonnement. Mais on nous assure que ce concept « préfigure un modèle futur »

Celle qui devrait logiquement se nommer RX-9 , embarquera un moteur en position avant sous un interminable capot. Mais la transmission sera exercée par les roues arrière.Si Mazda s’apprête à relancer le moteur à piston rotatif, c’est que ce dernier s’accompagne probablement d’une avancée technologique. Profitant de sa simplicité et de sa légèreté, on peut penser que ce bloc thermique pourrait retrouver une nouvelle vie comme prolongateur d’autonomie dans le cadre d’une motorisation hybride électrique/essence. D’où l’emploi de l’appellation Skyactiv-R, garante de prestations vertueuses.Si le mystère reste entier quant aux caractéristiques de cette voiture, son look nous promet une RX-9 chassant sur le terrain de grosses sportives.  Les mois à venir nous en dirons peut-être un peu plus sur les velléités de Mazda. Espérons que cette sportive vienne sur nos routes, une affaire à suivre, l'intention semble donc toujours être présente.

 

Mazda Furai: une bête de course au destin tragique.

                        

La Mazda Furai fût une superbe voiture à laquelle on ne pouvait que succomber: Son châssis LMP2 Courage, une carrosserie tout en carbone et un tri-rotor 20B       atmosphèrique développant 460 cv gavés à l'éthanol pur... La Furai n'était pas une maquette de salon mais une véritable voiture de course. Le 19 aout 2008, après avoir passé une matinée remplie de performances, le feu pris subitement dans la baie arrière moteur, le pilote s'échappe de justesse après l'arrêt du véhicule et malgré la rapidité des secours, le vent ramène les flammes vers l'avant et le cockpit s'embrase... Triste sort, la voiture est détruite en huit minutes!

 

              

 

                                               

 

 

 

L'épopée Mazda aux 24h du Mans:

 

La longue, longue marche des 24 h du Mans (1968/1991)

    

Le long, long jour: c'est ainsi que les japonais ont appelé les 24 H du Mans, une épreuve qui par sa longueur et l'humilité qu'elle exige, correspond bien à leur manière d'être: AUDACE et PATIENCE! Toutes les voitures engagées avaient un moteur Mazda 2R - 3R - 4R  (correspondant au nombre des rotors)

Ce fût une longue histoire exposée dans différents ouvrages qui reflètent cet évènement ainsi que sur internet.Voici un récapitulatif des actions menées sur le célèbre circuit (Informations fournies par un passionné originaire du Mans)  

 1970: Chevron n°48 - Type B16 Mazda - 2R - Abandon 4ème heure (moteur)

 1973: Sigma n°26 - Type MC73 Mazda -2R - Abandon 12ème heure (embrayage/suspension)

           A noter à l'arrière plan , le technicien "dosant" le bruit du moteur ... avec cette sonorité si particulière!

                  

   Photo issue n°49 Automobile historique juin / juillet 2005 (Le Mans 1973)

1974: Sigma n°25 - Type MC74 Mazda - 2R - Non classée - Fin de course mais distance insuffisante

1975: Sigma n°.. - Type MC 4 cylindres 1588 cm3 turbo classique - Abandon 7ème heure

           Mazda n°98 - Type S124A - 2R - Abandon 16ème heure (segmentation)

 1980: Mazda n°86 - Type RX7 - 2R - Classée 21ème - Distance parcourue 3637.605 km

          Le Mans: Prototype Wankel sur base Mazda RX7

           

 

1981: Mazda n°37 - Type RX7/253 - 2R - Abandon 11ème heure (transmission)

          Mazda n°38 - Type RX7/253 - 2R - Abandon 3ème heure (transmission)

1982: Mazda n°82 - Type RX7/254 - 2R - Classée 14ème - Distance parcourue 3853.517 km

               Mazda n°83 - Type RX7/254 - 2R - Abandon (moteur)

 1983: Mazda n°60 - Type 717C - 2R - Classée 12ème - Distance parcourue 4122.093 km

                Mazda n°61 - Type 717C - 2R - Classée18ème - Distance parcourue 3646.511 km

 1984: Mazda n°86 - Type 727C - 2R - Classée 20ème - Distance parcourue 3567.973 km

           Mazda n°87 - type 727C - 2R - Classée 15ème - Distance parcourue 3693.113 km

 1985: Mazda n°85 - Type 737C - 2R - Classée 24ème - Distance parcourue 3590.741 km

               Mazda n°86 - Type 737C - 2R - Classée 19ème - Distance parcourue 3853.027 km

 1986: Mazda n°170 - Type 757 - 3R - Abandon 11ème heure (transmission)

               Mazda n°171 - Type 757 - 3R - Abandon 5ème heure (transmission)

 1987: Mazda n°201 - Type 757 - 3R - Abandon 4ème heure (moteur)

           Mazda n°202 - Type 757 - 3R - Classée 7ème - Distance parcourue 4305.037 km - 1er groupe Imsa

 1988: Mazda n°201 - Type 767 - 4R - Classée 17ème - Distance parcourue 4466.550 km

           Mazda n°202 - Type 767 - 4R - Classée 19ème - Distance parcourue 4128.175 km

                Mazda n°203 - Type 757 - 3R - Classée 15ème - Distance parcourue 4561.295 km - 1er groupe Imsa

 1989: Mazda n°201 - Type 767B - 4R - Classée 7ème - Distance parcourue 4980.880 km - 1er groupe Imsa

           Mazda n°202 - Type 767B - 4R - Classée 9ème - Distance parcourue 4940.275 km

               Mazda n°203 - Type 767B - 4R - Classée 12ème - Distance parcourue 4588.365 km

 1990: Mazda n°201 - Type 787 - 4R - Abandon 11ème heure (moteur)

                Mazda n°202 - Type 787 - 4R - Abandon 13ème heure (électricité)

            Mazda n°203 - Type 787B - 4R - Classée 20ème - Distance parcourue 4134.400 km - 1er gr Imsa GTP

 1991: Mazda n°18 - Type 787B - 4R - Classée 6ème - Distance parcourue 4828.000

           Mazda n°55 - Type 787B - 4R - Classée 1ère - Distance parcourue 4922.810 km 1er groupe sport catég 2

               Mazda n°56 - Type 787B - 4R - Classée 8ème - Distance parcourue 4705.600 km

La victoire fut le fruit d'une immense patience, la Mazda n°55 type 787B à quatre rotors a consommé 2150 litres de carburant soit un peu plus de 44L/100 km. En comparaison avec Jaguar qui a terminé derrière les Mazda avec 2460 litres soit 22% de plus... plus lourdes certes, mais elles ne roulaient pas plus vite.

Jacky Ickx qui  dirigeait l'équipe japonaise déclarait avant la fin de la course: la consommation relativement faible a été la force de notre voiture et est à l'origine de notre bonne performance, c'est une voiture fabuleuse ! c'est un véritable exploit technique d'avoir maitriser seul tous les problèmes que posait un moteur complètement original et cela sans crédit militaire et gouvernementaux, il faut savoir le reconnaître.

                                   Un moteur à pistons rotatifs très compact pour sa puissance.

     

 

  Photo d'époque retrouvée lors d'une brocante expo sur le site du Mans.

               

Plateforme technique de contrôle avant départ de course (Quinconce des jacobins Le Mans) ou le public pouvait accéder dans ces temps là!

La même voiture n°60 figure dans le livre  "24h du Mans 1979" (éditions Publi-Inter)

 

Loisir en Wankel !  . . . Vu Aux Classics Days (1er mai 2016) à Nevers Magny-Cours . . Une bonne surprise à moteur Mazda RX7 !

      

 

 

                  

 

 

                    Les 24h du Mans de Christian Moity, Jean Marc Teissedre et Alain Bienvenu (édition Le Mans racing vif argent)

                BBC TopGear (reportage Mazda Furia), www.cder.dz.

                Carjager Le rotary Parkway 26 texte de Pierre Sumy

                 eric@bargerltd.com, Livre d'époque 24h du mans éditionsPubli-Inter.
  
 

 

 

    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Back To Top